Pourquoi il n’existe plus de placement de « père de famille » !

Publié le 28 avril 2013
avril 28, 2013

Saint-Gobain, BNP, Lafarge, CGE (ancien nom d’Alcatel)… Quand j’ai commencé à m’intéresser à la presse financière, on parlait régulièrement d’actions de « fond de portefeuille », des actions qu’on achète et qu’on garde indéfiniment parce qu’il s’agit de valeurs sûres, que les dividendes étaient réguliers… Ces placements n’existent plus (ou dans le cas contraire, mon adresse mail est dans le formulaire de contact…). Pourquoi ? Pour 2 raisons principales, et complémentaires : la modernisation des plateformes de transactions et la « mondialisation » des marchés financiers.

L’amélioration des plateformes de passations d’ordres boursiers permet à des millions de personnes d’acheter ou de vendre, en quelques secondes et pour quelques centimes d’euros, un titre financier – même dans de très petites quantités. Pour un particulier, il y a 20 ans, il fallait attendre le lendemain, passer par son courtier ou sa banque pour des sommes allant jusqu’à quelques pourcents de la transaction – sans oublier que les ordres non exécutés – comme les ordres ‘stop » étaient également payants. « J’aimerais vendre 10 actions Total si le cours descend en-dessous de 50 euros ». L’action ne descend pas en-dessous de la somme évoquée (tant mieux, vous en êtes propriétaire), et bien, vous êtes facturé !

Le second volet repose sur la « mondialisation » des marchés financiers, la « globalisation ». Quand Wall Street éternue, Paris s’enrhume (comme je le détaille dans l’ebook gratuit sur la sagesse boursière). Parallèlement aux améliorations technologiques, les marchés financiers se sont ouverts : mêmes les particuliers ont accès relativement facilement aux principaux marchés mondiaux. Mais pour les traders (que ce soit sur les actions, les devises, les matières premières…), c’est quotidien. Vous pouvez (vous devez !) continuellement réaliser des arbitrages et des anticipations dans votre portefeuille : les analystes anticipent une baisse des résultats trimestriels sur Cisco ? Alcatel-Lucent sera le prochain touché : vendons ! Ces mouvements sont anticipés avec l’existence d’ordres stop – qui permettent de vendre automatiquement des titres quand ils descendent en-dessous d’un seuil prédéterminé. Si certaines « sécurités » ont été introduites pour limiter les mouvements de panique et de ventes automatiques de masse, la logique reste la même.

pere de famille 300x225 Pourquoi il n’existe plus de placement de père de famille !

Crédits photo : Marycesyl

 

Dans ce contexte, il n’y a plus de valeurs de « père de famille », de valeurs « réserve ». Tout support financier représente un risque selon l’humeur des marchés financiers. Donc sauf si vous vous appelez Warren Buffet, qui sait choisir les actions dont le cours sera multiplié par 20 dans 10 ans, évitez les stratégies d’achat et de conservation dites de « buy and hold ».

Les tendances des marchés sont moins longues et moins marquées – et ils sont plus volatils. Il faut donc trouver le moyen de minimiser ces risques en sachant quand entrer et quand sortir.

Mon approche mixe une analyse d’indicateurs de tendance (un oscillateur de moyennes mobiles), une entrée progressive tant que la tendance est positive et un garde-fou pour une sortie automatique.

 

[Actualisation au 13/07/2013 : pour aller plus loin, je vous invite à consulter un billet du blog du patrimoine qui détaille ce qui reste comme « placement de père de famille« . Mise à jour 23/12/2013 : le lien n’est plus valide.]

Similar Posts:

7 Comments

  1. Michel de Trading Attitude   15 juillet 2013 8 h 55 min / Reply

    Bonjour Cyril !

    je ne suis pas tout à fait d’accord avec ton point de vue sur l’absence de valeurs de bon père de famille.

    Que fais-tu de Essilor, L’Oréal, LVMH, Air Liquide, Sanofi (valeur défensive à l’époque – devenue offensive ?).

    Essilor : +3000 % depuis 1991.

    Air Liquide était le placement de père de famille par excellence. Je m’étonne encore de son parcours récent.

    Certes, elles ont été chahutées par les crises, mais elles ont toutes repris du poil de la bête. En mieux.
    Et j’ai toujours entendu dire qu’elles étaient chères.

    Cela ne vaut pas Taser ou CONN ou Cerner… Mais elles restent un bon placement (à cueilllir sur repli – s’il y en a).

    Warren Buffett achète (massivement) de telles actions quand elles sont massacrées par une crise. Ce genre d’action se redresse toujours et fait mieux encore. Contrairement aux autres.

  2. Cyril   15 juillet 2013 21 h 05 min / Reply

    Bonjour Michel,

    Merci pour ton message !

    Je suis d’accord avec toi pour Essilor : hormis la correction 2007/2009 de près de 30%, on peut y aller « les yeux fermés » ;-) (ce qui est dommage quand on vend des verres…) et le résultat est là sur le long terme.

    Pour L’Oréal, on double sur 10 ans, avec une grosse correction sur 2008 : – 50%. Il faut avoir le coeur accroché.

    LVMH, oui, si tu achètes après 2009. L’action évolue gentiment entre 50 et 80 euros auparavant – pour corriger sévèrement en 2008 et évolué en dent de scie entre 100 et 130. Hors dividende, c’est honnête. C’est presque pareil pour Air liquide.

    Pour Sanofi, le parcours récent (depuis 2012) est effectivement exceptionnel, mais sur 10 ans, celui qui a investi ses économies sur le titre vient de récupérer sa mise (hors dividende).

    Pour les actions américaines, avec le risque de change, cela reste un achat pour les initiés.

    L’objectif de ce papier n’était pas de détourner les lecteurs de l’activité d’investissement, mais pour les avertir qu’il n’y a pas de placements qu’il ne faut pas surveiller – un peu sur le ton « y a pu de saison, ma pauv’ dame ! ».

    Je ne me vois investir sur ce type de titre sans stop de protection, sans règle de money management – mais ça n’est pas ton propos non plus. C’est une vraie charge de travail de détecter ces opportunités : n’est pas Warren Buffet qui veut ;-)

    Sur presque tous les titres que tu évoques, une approche « à la Weinstein » aurait, à coup sûr porté ses fruits.

    De ton côté, quels les conseils (avisés ;-)) que tu donnerais à nos lecteurs pour détecter et gérer ces pépites ?

    Bonne journée,

    • Michel de Trading Attitude   16 juillet 2013 11 h 26 min / Reply

      Bonjour Cyril,

      Les corrections 2007 / 2009 sont dues à la crise des subprimes. Quasiment toutes les actions en ont souffert. Certaines se sont relevées et sont encore plus fortes maintenant. Ce n’est pas le cas de toutes.

      Des conseils avisés ? L’analyse technique. Chartisme et indicateurs.
      Je n’en dirai pas plus car j’ai mis en ligne des formations pour suivre les tendances ou trouver les fins de baisse, mais ce n’est pas l’endroit pour en parler;

      Ce que je peux donner comme conseil c’est que :
      - il faut investir sur les actions qui « montent » globalement sur un historique long (depuis 1990)
      - une erreur est de vendre quand une action a monté et acheter quand une action a baissé : il faut prendre le train en marche et le quitter avant qu’il ne redescende la pente

      Pas mal d’indicateurs d’analyse technique permettent d’échapper au plus gros d’un krach et de détecter la fin de celui-ci (je n’ai pas écrit prédire).
      Si vous êtes pressé, d’autres indicateurs permettent de scalper les petits mouvements de tendance, que ce soit sur quelques jours ou quelques minutes.

      Il y a aussi des techniques classiques pour être gagnant malgré les baisses de marché, par exemple décupler la mise sur du Sanofi qui « zigague ».

      • Michel de Trading Attitude   16 juillet 2013 11 h 52 min / Reply

        Je me permets de poster l’url d’un article récent donnant une liste d’actions à suivre. Un bon nombre a continué à monter (à ce jour) bien qu’elles avaient déjà très fortement progressé.

        « Il faut acheter ce qui monte ». Après c’est un problème de probabilité (et de stop loss).

        http://www.trading-attitude.com/liste-d-actions-a-suivre (pas de problème si tu le retires)

        Ceci pour prouver la force de l’analyse technique pour détecter les tendances et les exploiter.

  3. Cyril   18 juillet 2013 18 h 03 min / Reply

    Bonjour Michel,

    Merci pour ton commentaire et le lien que je n’ai pas retiré (j’ai d’ailleurs ajouté ton site sur mon blogroll ;-)).

    Je partage ton approche d’investissement en tendance (et le zig-zag est un bel outil).

    Bonne journée,

    • Michel de Trading Attitude   12 août 2013 21 h 37 min / Reply

      Bonjour Cyril,

      Merci pour le lien dans ton blogroll. J’ai ajouté Meilleures Sicav dans le mien.
      Le seul truc c’est que j’affiche le blogroll sur toutes mes pages. Cela fait beaucoup de liens pour toi.
      Tu devrais afficher ton blogroll sur toutes tes pages.

      Je ne parlais pas de l’indicateur Zig-Zag, mais juste des dents de scies que dessinent les prix en général (dans les tendances).

      À plus !

  4. Cyril   12 août 2013 22 h 42 min / Reply

    Bonjour Michel,

    Pour la structure des pages, je t’ai répondu en privé (c’est corrigé).

    Pour le Zig zag, je t’ai peut-être lu trop vite, ce coup-ci ;-)

    Bonne journée,

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

    • twitter
    • linkedin
    • gplus
    • RSS