emeraude placement valeur refuge

Komansky

On milieu des nombreux placements que propose les banques, il en existe si peu qui sortent de l’ordinaire qu’on les connait déjà tous sans exception. Qu’il s’agisse des placements sur l’immobilier (SCPI) ou sur les bois et forets, on en a depuis longtemps fait le tour. Mais peu d’entre nous on déjà entendu parler des placements sur la pierre précieuse. Proposant une rentabilité à 6% annuelle et une fiscalité avantageuse, le succès sans précédent de ce type de placement en Asie et aux USA avait poussé Boursorama à proposer la même chose en 2016, avec brio.

Après discussion avec des amis Suisses et Américains, nous avons eu vent d’une pierre précieuse qui, en toute discrétion, fait le bonheur des investisseurs depuis 15 ans déjà : l’émeraude. Profitant des mêmes avantages fiscales que le diamant, l’émeraude se démarque avec un accroissement de sa valeur plus important et une industrie à l’encadrement plus facile, faisant d’elle un placement « sous les radars » d’une accessibilité trop facile qui atténuerait le développement de son prix.

Il n’est donc pas facile d’obtenir une place pour ouvrir un « Livret Émeraude ». C’est pourquoi lorsque le groupe komansky nous a appelé (merci les contacts Suisses), nous avons sauté sur l’occasion. Pour la petite histoire, la maison Komansky, du haut de ses 180 années d’expériences, fait figure de référant dans l’industrie. Ancien fournisseur du Tsar de Russie en 1839, Komansky à depuis traversé l’Europe et l’Atlantique pour aller s’établir au Brésil et aux États-unis.

Dès le premier contact nous sommes à l’aise, pas de grande différence avec la banque dans la forme, si ce n’est les résultats proposés. Une fiscalité qui diminue avec le temps, une rentabilité annuelle moyenne de 8%, un accès facile aux liquidités et une absence de blocage des fonds. De quoi être séduit. Notre seul hésitation reposait sur la gestion, jusqu’à ce que le responsable de notre compte nous explique qu’il s’occupe de tout. Notre seul intervention consiste à expliquer à notre conseiller nos objectifs afin qu’il puisse agencer un plan de travail en conséquent.

 Sur un mois de « test », nous avons été contacté environ une fois par semaine par notre agent. De quoi nous mettre dans le bain et nous permettre de suivre et comprendre le travail effectué sur notre compte. Concrètement, notre conseiller négocie la revente de notre émeraude auprès d’autres professionnels, soucieux de passer par un achat auprès de particuliers pour ne pas payer de taxes supplémentaires (contrairement à la revente directe de pro à pro). On se laisse même prendre au jeu des enchères en refusant et acceptant les offres sur les conseils de notre gestionnaire.

 Pour conclure

 Notre sortons aussi surpris que satisfait de ce livret Emeraude. Il est toutefois important de préciser que ce type de placement convient à des capitaux au delà des 10 000 euros, et de préférence sur du moyen/long-terme pour une juste exploitation du potentiel de rendement et de fiscalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *